Derniers tweets
RT @NantesLive: Nantes. YelloPark : le rapport de la Commission nationale du débat public https://t.co/m29LPlgljy (PresseOcéan) https://t.c…
Je suis en effet militant centriste depuis 20 ans, merci de me donner l’occasion de le rappeler 😀 https://t.co/tr2e8JvCdE
Quand je disais que ce projet était un RDV manqué - Que @Johanna_Rolland n’avait pas su le porter ni l’incarner 🤫 «… https://t.co/KH2rohrzUr
RT @steph_lambert44: Incroyable « Marseillaise » chantée sur une place Royale en folie ce soir #Mondiale2018 #CHAMPIONSDUMONDE2018 #Nantes…
🔵⚪️🔴- La France championne du monde 🇫🇷🇫🇷🇫🇷- magnifique match - la force du collectif ! Une belle leçon pour chacune… https://t.co/ZdNAe2oQIl
Très beau défilé #14Juillet - Émouvant d’y assister et de partager ce moment d’#unité #nationale ! Merci Monsieur l… https://t.co/0jQv6gvNE3
@a_la_nantaise @c2dnantes @Johanna_Rolland @LGarnier44 @FdeRugy @sarahelhairy @MounirBelhamiti @Quiroffe @laernoes… https://t.co/0v6VKpKTeC
Inscrivez-vous à la newsletter !

REACTION A LA CREATION D’UN CENTRE D’HEBERGEMENT D’URGENCE POUR LES PERSONNES MIGRANTES A NANTES

« Centre d’hébergement d’urgence à Nantes : une réponse partielle au défi auquel nous devons collectivement répondre. Il nous faut, en effet, articuler nos devoirs d’hospitalité, d’accompagnement des personnes migrantes et de régulation des flux migratoires. Il en va de notre responsabilité ! »



REACTION A LA CREATION D’UN CENTRE D’HEBERGEMENT D’URGENCE POUR LES PERSONNES MIGRANTES A NANTES
Très attaché à la tradition d’accueil de la France et aux valeurs humanistes qui animent de nombreux acteurs associatifs nantais, je salue la décision prise par Madame le Maire de Nantes, en lien avec la Préfète de Loire-Atlantique, d’aménager un centre d’hébergement d’urgence (100 places) financé par l’Etat via une association et d’ouvrir, sous la forme de baux précaires, 45 places d’accueil temporaires.

Nous devons, en effet, mettre fin aux conditions de vie inacceptables, mais aussi aux conditions de cohabitions difficiles, des quelques 300 migrants qui occupent aujourd’hui plus d’une douzaine de squats. Il en va bien entendu de notre tradition d’accueil, de la dignité des personnes migrantes mais aussi de l’Etat de droit.


Toutefois suite à cette annonce, je souhaite formuler deux interrogations et un regret.

Première interrogation : le Maire de Nantes ne nous livre rien des négociations en cours avec l’association Edit de Nantes qui porte le projet de création d’un foyer de jeunes travailleurs à la place de l’ex Ehpad rue Sibille. Nous connaissons l’urgence de traiter la demande de logement des jeunes travailleurs. C’est une priorité que nous ne pouvons sacrifier à une autre. C’est la raison pour laquelle j’attends des engagements clairs sur ce projet de la part de Madame le Maire de Nantes, une simple « invitation à patienter » formulée lors de ses déclarations de fin de semaine dernière étant insuffisante.

Deuxième interrogation : Aucune communication n’a été faite préalablement à cette prise de décisions, ni auprès des riverains, ni aux membres du Conseil municipal. Aucune information n’a été livrée sur le futur site d’accueil du centre d’hébergement d’urgence ni même sur les lieux mis à disposition sous le forme de baux précaires. Pourtant, le Maire a déclaré par voie de vidéo que les sites étaient parfaitement identifiés. Je sais le caractère sensible du sujet traité. Je sais aussi la nécessité d’une certaine forme de discrétion. Mais je sais bien plus encore qu’il est indispensable de savoir articuler discrétion et transparence dans le respect des principes de démocratie et pour apaiser les tensions existantes. A quand une communication précise à ces sujets ?

Un regret enfin : A Nantes, l’hospitalité ne s’articule pas pleinement avec le devoir de responsabilité. En effet, ce centre d’hébergement d’urgence ne sera pas un centre d’évaluation des situations des migrants tel que proposé dans un premier temps par la préfète et ne répondra pas non plus à la nécessité de réguler dans la dignité les flux migratoires. Pourtant, ce type de centre a vocation à accompagner et orienter les personnes hébergées. En déployant ces structures, le gouvernement défend à la fois le principe d’inconditionnalité de l’accès à l’hébergement d’urgence, tout en réduisant le nombre de personnes qui, hébergées pour une durée parfois longue, restent sans statut ou ne peuvent bénéficier de leurs droits. Il est urgent de réduire les délais des procédures d’asile et de garantir une instruction rapide des demandes. C’est encore une question de dignité !

Mardi 3 Avril 2018
Webmaster HG