Projet d'Aménagement et de développemement durable

Prenez connaissance de mon intervention sur le PADD, lors du Conseil municipal du 1er avril 2016 !



Madame le Maire,

Le document dont nous débattons est essentiel malgré l'absence de vote aujourd'hui (il reviendra au Conseil de la métropole de se prononcer dessus). En effet, il définit les orientations d'organisation du territoire à l'échelle de la Métropole et des territoires connexes, en cohérence avec le Schéma de Cohérence Territoriale de la Métropole Nantes Saint-Nazaire arrêté le 9 mars dernier. C'est donc le référentiel de notre aménagement territorial.
Permettez donc que nous y regardions dans le détail.

Je passe sur les orientations générales du PADD, organisées autour de 3 grands défis si généraux que personne ne peut trouver à y redire :
• « Développer une Métropole du bien-vivre ensemble et de la solidarité,
• Faire de la Métropole un territoire de référence pour la transition écologique et énergétique,
• Agir pour une Métropole innovante, créative, attractive et rayonnante. »

Ces bons sentiments un peu vagues pourraient s'appliquer aussi bien à Nantes qu'à Lyon ou encore à Bordeaux. Ce sont plutôt les valeurs et objectifs de détail qui m'intéressent. Voyons en quoi notre projet rejoint le vôtre et s'en écarte – parfois – vous le constaterez.

■ Parmi les « valeurs » de votre projet figure l'ambition d'une « métropole apaisée ».
Le développement du vélo en ville est un axe fort de votre politique et il a son intérêt. Mais nous proposons, nous, que tous les moyens de transports cohabitent pleinement dans la métropole apaisée, sans exclusion ni anathème. Cela requiert d'ailleurs d'anticiper l'évolution des moyens de transports et peut être d'imaginer ceux de demain. Nous attendons encore à ce titre que vous donnez suite à vos engagements de création d'un groupe de travail sur la place des véhicules électriques à Nantes.

■ Seconde valeur clé du PADD que vous nous proposez : développer la métropole en faisant « de son passé une richesse pour l’avenir ». Sur ce sujet, je dois dire que nous déplorons particulièrement votre absence de proposition pour valoriser l'axe structurant de la mémoire nantaise que constituent le quai de la Fosse et la place de la Petite Hollande. Vous nous avez annoncé un concours d'architectes pour la Place : fort bien, mais quelle est votre vision ? La colonne vertébrale de Nantes, son ADN sont là et nous nous contentons de gratter les façades d'immeubles sans raconter l'histoire ni faire surgir le passé qui nous a construits pour l'intégrer au développement de notre ville. Ce n'est pas satisfaisant. Nous prendrons toute notre place, soyez en certaine, Madame le Maire, dans le débat qui s'organisera autour du concours d’architectes pour l'aménagement de cet espace nodal dans la mémoire nantaise.

■ Autre objectif : « Une métropole attractive ». Nous avons en tête un modèle bien différent de ce que vous nous proposez. S'il est réjouissant de voir le projet de la nouvelle gare, porté par la signature de Rudy Ricciotti, il est totalement consternant de voir qu'en trente ans, le temps de connexion entre Paris et Nantes ne s'est pas amélioré. Nous défendons quant à nous une métropole attractive notamment par la qualité de ses dessertes, et nous opposons à faire de Nantes le terminus de l'Europe. L'avenir de notre aéroport et le développement du port ont toute leur place dans ce débat.

■ Ce point-ci est bien sûr lié au point suivant : « une métropole reliée » : pouvez-vous nous dire où en est le projet d'inter-connexions des lignes de tramways ? Certes, la station Commerce est assez bien reliée (je me retiens de dire 'saturée') mais quid des extrémités des lignes ? Il nous faut sortir du système d'étoile et de corridors en impasse.

■ « Une métropole solidaire » : pour nous, la ville-centre d'une métropole solidaire est notamment accessible à tous les foyers. C'est-à-dire que tous les ménages peuvent y vivre et y accéder à la propriété. Or le modèle que vous nous proposez depuis 30 ans relègue les classes moyennes et les jeunes dans les périphéries. Il est temps de porter une ambition portant au-delà des 38% le taux des propriétaires à Nantes.

■ Même absence de diversité dans votre politique de l'habitat. Au plan de la construction, le projet que nous, élus de la droite et du centre, défendons, est celui d'une véritable diversité des quartiers avec leurs typicités propres aux bourgs qui ont formé la ville de Nantes. Votre urbanisme, lui, applique les mêmes prescriptions architecturales aussi bien à Doulon, à Chantenay qu'à Saint-Joseph de Porterie, indifférent aux particularismes de nos quartiers. Croyez bien que nous serons très attentifs aux prescriptions d'urbanisme que vous édicterez dans le cadre du prochain PLUM.

■ Votre PADD se propose par ailleurs de « dessiner la métropole dans son jardin » en travaillant la trame verte et bleue. Nous partageons bien sûr cet objectif mais nous étonnons que vous oubliiez l'Erdre et vous cantonniez à la Loire quand vous évoquez l'eau dans la métropole. Comme si vous refouliez, pour la deuxième fois dans l'histoire nantaise, notre rivière.

■ « Une métropole sobre » est un autre de vos objectifs. Une métropole sobre est bien sûr économe en énergie comme vous le proposez mais se doit également de valoriser la production d'énergies propres. Le photovoltaïque, l'éolien ou l’hydrolien sont des dossiers encore trop peu ouverts dans la sixième métropole de France. Cette question de la sobriété doit aussi s'appliquer à la consommation d'espace. C'est pourquoi nous vous appelons à encadrer davantage les demandes d'extension des zones commerciales car, d'une part, ces grands malls à l'américaine tuent nos centres-villes et dégradent les entrées de villes et, d'autre part, sont responsables d'une très grande part de la consommation d'espaces naturels, y compris chez nous. En effet, une part prépondérante de la consommation de terres agricoles en France est liée à l'implantation d'ouvrages linéaires et de zones commerciales.

■ « Une métropole créative » enfin. Laissez-nous vous faire quelques suggestions. Aujourd'hui, la ville centre accueille des start-up et, comme je l'ai dit lors d'un précédent Conseil métropolitain, nous aimerions qu'elle permette à ces start-up d'investir le domaine du logement social qui est encore trop corseté par des recettes anciennes et mériterait de voir renouveler les propositions. Deuxième suggestion : une métropole vraiment créative selon nous serait celle où la contractualisation permettrait aux aménageurs, aux architectes et aux constructeurs de faire de véritables propositions innovantes sans se contenter d'appliquer vos prescriptions règlementaires d'urbanisme. Dans votre système, ce sont malheureusement les règles qui fabriquent les projets et jamais la qualité ni l'originalité des projets qui les imposent. Notre vision est inverse c'est le projet qui doit faire la règle ! Les grands espaces à aménager devraient permettre l’émergence d'un vrai partenariat contractuel que nous appelons de nos vœux.

Ce PADD fait émerger des points de divergence entre nos deux équipes. Rien d’anormal à cela car il constitue un document politique incarnant la vision de votre équipe - que nous sommes parfois loin de partager. La diversité de nos positions illustre du reste les propos du polémiste Walter LIPPMANN : « Quand tout le monde est du même avis, c'est que personne ne réfléchit beaucoup


Mardi 28 Juin 2016
Webmaster HG