Programme Local de l’Habitat 2014-2018

Prenez connaissance de mon intervention en séance du Conseil métropolitain du 26 février 2016.
#aménagementduterritoire #innovation #logementsocial



Programme Local de l’Habitat 2014-2018
Madame la Présidente,

Mes collègues maires l'ont rappelé, la construction massive de logements nécessite d'aménager au même rythme les infrastructures en adéquation : écoles, crèches, routes, équipements culturels, moyens de transport etc. Les objectifs volontaristes de la loi Duflot font aujourd'hui construire à marche forcée, trahissant une posture à peine idéologique. Malheureusement ces objectifs se révèlent difficilement applicables sur les territoires en dehors d’une vision globale et dynamique de leur développement.

Je regrette que cette vision globale de l'aménagement ne se retrouve pas dans le dernier remaniement du gouvernement Valls qui dissocie Ministère de l'Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales et Ministère du Logement et de l'Habitat durable. Pourtant le logement constitue un vrai enjeu de territoire. C’est une erreur, selon moi, de dissocier ces deux enjeux comme si le logement ne faisait pas partie intégrante de l’aménagement de nos territoires. C’est encore une erreur de lier aménagement du territoire et ruralité, laissant ainsi de côté les agglomérations et les métropoles. Nos politiques locales en matière de logement ne s’entendent qu’avec le soutien des dispositifs-cadres nationaux et le signal donné par le dernier gouvernement Valls nous laisse craindre une vision à court terme et sans envergure de l’aménagement du territoire et de toutes ses composantes, dont le logement.

Nantes est une ville innovante et imaginative labellisée French Tech. C’est pourquoi, il me semble nécessaire d’encourager nos Start-up dans l’intérêt qu’elles témoignent à tous les champs de l'action collective, notamment la question du logement, et plus spécialement celle du logement social.
En effet, le monde de la construction est au cœur de profondes mutations :
• mutations sociétales (construction durable, économie circulaire, performance énergétique, coût global…) ;
• innovations technologiques (maquette numérique, drones, imprimantes 3D, outils de simulation…) ;
• innovations dans les usages (outils collaboratifs, colocation, mobilité, e-commerce, désintermédiation…).

De nombreuses start-up innovent sur ces thèmes et proposent des offres fortement alternatives voire disruptives avec un fort potentiel de baisse de coûts de la construction, d’augmentation de la productivité et de développement de fonctionnalités accrues.

De par son importance en volumes et les enjeux de politique urbaine, le logement social est en particulier un marché clé au cœur de cette transformation. Cependant, les spécificités du logement social (modes de dévolution des marchés, fragmentation des acteurs, financement, volumes, gouvernance…) rendent souvent complexe l’accès à ce marché pour des innovations issues de start-up (qui ont rarement la taille critique et le savoir-faire spécifique pour travailler ce marché).

Accompagner les bailleurs sociaux, les professionnels de l’immobilier et les start-up innovantes autour des nombreux enjeux de ce marché, avec l’ambition de renforcer des collaborations start-up / acteurs publics / grands groupes et des expérimentations dans le secteur du logement social, serait une initiative à saluer sur notre territoire et une proposition que je formule afin d’accompagner de manière constructive votre réflexion, Mme la Présidente.

Des initiatives existent déjà en ce sens, je vous invite à les encourager.

Ici, dans notre métropole nantaise, les chiffres nous rappellent d'année en année que de nombreuses demandes de logements sociaux restent insatisfaites. Une part de l'explication se trouve dans le fait que l’offre n’est pas complète et que les foyers sollicitent des logements sociaux faute de mieux ! C’est pour cela, je le rappelle, qu’il nous faut travailler à la vocation sociale d’une partie du parc locatif privé et permettre aux locataires (ou aux prétendants) du parc social de devenir propriétaires de leurs logements. Notre groupe a souvent dénoncé le faible taux de propriétaires à Nantes comparativement à d'autres villes françaises. 38% à Nantes contre une moyenne qui dépasse les 50% au plan national. Notre PLH se doit d'afficher des objectifs ambitieux sur ce point pour faire entrer les résidents dans un vrai parcours résidentiel et parce que l'entretien et la rénovation du parc de logements sont mieux assurés par les propriétaires. L'action politique de la Métropole sur ce point nous semble encore insuffisante.

Les élus nantais de notre Groupe s'abstiendront sur cette délibération.



Dimanche 28 Février 2016
Webmaster HG