Cession d'une parcelle pour l'édification d'un nouveau stade sur le site de la Beaujoire

A l’occasion de cette délibération, qui vise à valider la cession d’une parcelle pour la construction d’un stade neuf à côté de l’actuel stade de la Beaujoire (sans mentionner quelle surface précise sera transmise ni à quel prix), je souhaite partager avec vous les raisons, je devrais dire les griefs, pour lesquelles je ne voterai pas cette délibération.



1. Sur la méthode, c’est un CARTON ROUGE !

En effet, un défaut de méthode qui a conduit au rejet du projet YelloPark ; un projet d’aménagement global (100% privé) qui pourtant répondait au besoin en logements et en bureaux, au besoin en équipements publics ainsi qu’à la nécessaire modernisation de nos infrastructures sportives dédiées au foot.

a. Un mensonge

Lors du Conseil municipal de Nantes le 3 février 2017 Pascal BOLO a répondu, à un élu qui questionnait le Maire sur l’existence d’un projet de nouveau stade sur le site de la Beaujoire, qu’il s’agissait d’une rumeur.

Le 1er adjoint au maire de Nantes tient ce discours en séance du Conseil municipal alors que le 1er rendez-vous concernant le projet YelloPark a eu lieu en septembre 2016 entre les porteurs du projet et la Présidente de la métropole, et alors que depuis l’automne 2016 Pascal BOLO et les services de la métropole participaient à des réunions quasi hebdomadaires sur ce projet.

Il ne s’agissait donc pas d’une rumeur mais d’un projet dont la Présidente et son Vice-président étaient parfaitement informés et qui faisait l’objet d’une négociation avec les services compétents de la métropole.

Vous avez donc menti devant les élus ainsi que nos concitoyens et délibérément dissimulé l’existence de ce projet.

b. Un rendez-vous manqué

Au terme de la concertation pilotée par la Commissions Nationale du Débat Public (CNDP), nous avons constaté que, malgré ses qualités, le projet YelloPark était un véritable rendez-vous manqué !

- Un rendez-vous manqué tout d’abord avec les supporters du FCN, qui auraient dû être associés en amont à ce projet de transformation du stade. Et, je dois reconnaître que c’est un art que de ne pas avoir réussi à les fédérer autour du projet sportif.

- Un rendez-vous manqué ensuite avec les riverains, qui ont participé à un véritable simulacre de co-construction du projet urbain.

- Un rendez-vous manqué enfin avec les acteurs économiques locaux qui auraient pu être fédérés autour de ce projet.

Madame la Présidente, vous êtes seule responsable de ce rendez-vous manqué car vous n’avez pas su porter et incarner ce projet ; laissant bien maladroitement les porteurs seuls face à la contradiction.

Même s’il était 100% privé, le projet YelloPark concourait à la transformation de la ville et portait des intérêts généraux qui exigeaient une véritable implication des décideurs publics. Situé au cœur du quartier Nantes/Erdre, il pouvait même se penser comme la première étape d’un plus vaste projet, s’ouvrant vers le parc des expositions, mutualisant des équipements, redessinant les espaces et les fonctionnalités.

Mais vous avez préféré déserter la concertation, pensant vous mettre à l’abri. Cette désertion Madame la Présidente, conduira à l’échec de la concertation et à la non prise en compte des préconisations de la CNDP. Elle témoigne de votre incurie, d’une absence de vision en termes d’aménagement et de développement de notre métropole, voire d’un manque de courage.


c. Un arbitrage sous contrainte

Il y a 4 semaines, votre arbitrage a condui t à l’abandon du projet urbain YelloPark au profit de la construction d’un nouveau stade à côté de l’existant (deux stades côte à côte). Ce n’est pas le résultat d’une prise en compte de la concertation menée par la CNDP, ce n’est pas non plus une prise en compte des doléances des riverains et des supporteurs.

Ne nous y trompons pas. C’est tout le contraire !

Cet arbitrage n’est en fait qu’une reculade face au risque pénal qui vous menaçait à la veille des élections municipales. Aucunement une décision visant à porter l’intérêt général dont nous, élus, sommes pourtant garants.

Un arbitrage …. Que dis-je ! Une décision prise dans la précipitation. Un simple reflexe de protection.


2. Une décision ubuesque et qui aura de lourdes conséquences pour le contribuable et nos finances publiques locales.

Sans projet de reconversion et sans véritable stratégie sportive le stade de la Beaujoire, équipement par ailleurs vieillissant, restera à la charge exclusive de la métropole, sans les loyers du FCN, grevant ainsi pour des années, nos budgets d’investissement et de fonctionnement.

La concertation relative à l’avenir du stade actuel est renvoyée aux calendes grecques. Obligeant ainsi les membres du Conseil métropolitain à se prononcer sans avoir mesurer les impacts de ce projet. C’est totalement irresponsable et parfaitement irrespectueux de notre assemblée.

Au regard de ces éléments, le moratoire était la meilleure solution, pour prendre le temps d’évaluer les scenarii en présence, les enjeux urbains, sportifs, financiers, environnementaux, etc. Pour attester de votre volonté d’écoute et de votre capacité à apaiser. Pour fédérer et rassembler les énergies autour d’un véritable projet.

Au lieu de cela vous passez en force. Vous clivez. Vous exigez un vote à main levée. Témoignant ainsi que la méthode ROLLAND n’est pas celle qui avait été promise lors des élections, loin de la co-construction et du jeu à la nantaise. Vous faites le choix de l’impasse et vous caporalisez votre majorité.

3. Toutefois, il y a bien un besoin avéré d’un équipement modernisé pour répondre aux besoins et aux enjeux à venir.

J’entends le besoin d’un équipement plus performent, répondant aux nouvelles normes et aux attentes tant des dirigeants que des supporters. J’entends que cette modernisation pourrait se faire par la voie de la rénovation de l’actuelle stade ou par celle de la construction d’un stade 100% privé. J’entends aussi que la relation qui lie chacune et chacun d’entre nous au FCN est particulière, parfois presque charnelle, et que les temps de rassemblement et de liesse que nous offre le sport sont des moments de communion rare qu’il nous faut préserver et cultiver.

Et, c’est parce que j’entends tout cela Madame la Présidente, que je ne veux fermer la voie à aucun projet et que je m’abstiendrai. Pour témoigner, malgré vos négligences et vos errances, mon envie de porter une politique sportive métropolitaine ambitieuse et fédératrice. Une ambition qui doit en revanche s’inscrire dans un cadre responsable tant sur le plan politique que sur le plan financier.

Vendredi 7 Décembre 2018
Webmaster HG